31/01/2010

UNE REFLEXION SUR LE FINANCEMENT DES REFUGES POUR ANIMAUX

UNE REFLEXION SUR LE FINANCEMENT DES REFUGES POUR ANIMAUX

Je ne suis pas sans savoir que le sujet abordé ce jour est peu agréable, voire totalement impopulaire pourtant , en temps que trésorier de l'ASBL, j'ai l'intime conviction d'avoir a écrire ce qui suit car il en va de l'avenir de la protection animale en général et concerne donc tous ceux qui sont réellement soucieux de sauver les animaux en détresse que ce soit de leur vivant mais aussi après leur disparition.

Coup sur coup, nous avons dû intervenir afin de recueillir plusieurs animaux aillant appartenus à des personnes décédées et découvertes plusieurs jours après leu r mort.

A Dinant, des chiens ont été recueillis par notre asbl dans ces pénibles circonstances étant donné l'accord écrit de la ville de dinant qui nous autorise à recueillir les animaux abandonnés sur le territoire de la ville.

 Cinq autres chiens ont été recueillis par l'asbl APA avec la collaboration de la croix bleue de Florifoux.

Dans ce second cas, la personne décédée visitait assidument quantité de refuges et assistait a toutes les manifestations étant disait elle, particulièrement concernée par la détresse animale.

Je ne conteste pas la sincérité de cette personne, mais comment juger quelqu'un qui se revendique d'aider les animaux et dont l'absence de testament a fait que tous ses biens ont été engloutis dans le gouffre insondable des finances du royaume.

Mon but n'est bien évidement pas de pousser les gens qui aiment vraiment les animaux a délester de leur héritage leur famille , nous ne sommes pas des sectes ; mais d'inciter ceux qui sont sans aucune parenté proche, de faire don de leur avoir terrestre à une association de protection animale ou a une fondation qui s'occuperait de répartir équitablement les héritages perçus selon les besoins les plus urgent que rencontrent non seulement les asbl mais aussi bon nombre de particuliers qui bien que n'ayant aucune structure légale s'appauvrissent  pour recueillir  un nombre considérable de chats principalement.

Je sais que ce sujet est pénible, car a notre époque, l'être humain bien qu'âgé se croit souvent immortel grâce aux miracles de la médecine.

Pourtant, ayant moi même atteint depuis peu le 3emme âge, je suis conscient que le plus tard possible mais un jour, je ne serai plus en mesure de continuer la tâche que nous nous sommes fixée mon épouse et moi.

Si nous nous battons encore a notre âge pour que sans famille existe, ce n'est pas pour les quelques dizaines d'années qui nous restent a vivre sur notre belle planète bleue mais avec l'espoir que quelques un, après nous, reprendrons le flambeau et continueront avec la même passion et la même philosophie l'action que nous avons commencée il y a prés de 20 ans.

Je souhaite personnellement a nos successeurs, de ne pas avoir a galérer comme nous l'avons fait si longtemps Frédérique et moi ;

Pour cela, il faudra encore et toujours les moyens financier de faire face a toutes les dépenses d'un refuge et pour cela il faudra que ceux qui ont réellement a cœur e le bonheur des animaux acceptent de financer également post mortem les associations qui aident les animaux en détresse et cela, dans 20,50 et 100 ans.

Notre précurseur a tous Jules Ruhl qui a fondé la SRPA Veeweyde a fait don de ses capacités humaines et de sa fortune afin que les animaux jouissent de son vivant mais aussi après sa mort d'un peu de bonheur et de respect.

Plus de 100 ans après sa disparition, son œuvre a perduré et a donné naissance à de nombreuses sociétés de protection animale.

 Je demande donc a tous ceux qui se sentent concerné par la défense des animaux de réfléchir à la manière d'aider par un testament ou un legs ceux qui se consacrent a la cause animale afin de pouvoir faire face au coût de fonctionnement nécessaire a leur action.

Mon idée personnelle mais peu être utopique serait pour ne léser personne de faire bénéficier les legs testamentaires non directement aux refuges mais a une ou plusieurs fondations qui jugeraient a qui il faudrait répartir les sommes disponibles , ceci en fonction de divers critères notamment les résultats réalises par les différentes organisation de défense animale.

Ayant du faire appel à de nombreuses reprises a une de ces fondation je sais que seule la défense des animaux les motive et chaque demande auprès d'eux est judicieusement analysées acceptée ou refusée.

J'espère que ce petit message n'aura pas trop importuné bon nombre d'entre vous mais sachez que mon plus cher désir, le jour ou je rejoindrai, petit grain de sable, le point omega  cher à Teilhard de Chardin sera de savoir que d'autres continueront de sauver et de protéger les animaux en détresse dans les siècles a venir.

 JEAN-PIERRE DEGROOTE, trésorier de l'asbl  SANS FAMILLE

ET POUR DETENDRE L'ATMOSPHERE, UNE PETITE GALERIE PHOTO HIVERNALE

DSC04392

DSC04396

DSC04399

DSC04400

DSC04409

DSC04411

DSC04412

DSC04413

DSC04418

22:45 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Jean Pierre,
Ton message est clair et entierement justifié , il faut faire des écrits de son vivant cela évite tout problème lorsque l'on n'est plus là!

Écrit par : Dimitri | 01/02/2010

Très juste Très juste cette réflexion!
Je viens de voir votre article sur monchienmagazine.be! Je mets le lien : http://www.monchienmagazine.be/index.php/News/Mon-Chien-Magazine-Flash-Info/frederique-lamie-des-chiens.html
A bientôt

Écrit par : Séverine | 05/02/2010

Les commentaires sont fermés.