23/11/2009

NOUVELLES AVENTURES DE SANS FAMILLE

 NOUVELLES AVENTURES DE SANS FAMILLE

 Une réunion que je qualifierai de « la dernière chance »  a eu lieu à l’hôtel de ville de Dinant ce jeudi, en présence de Mr Fournaux, Mr Closset, Mr Bodlet, Mme Vermeiren, Mr Leclere , Mr Goffin et bien sûr de la direction de Sans Famille.

           La question était de savoir si la ville de Dinant souhaitait encore l’installation d’un refuge sur son territoire.

En effet, depuis notre installation à Dinant nous avons l’impression que les différentes administrations qui doivent normalement nous aider à obtenir les autorisations nécessaires à l’exploitation de notre refuge nous mettent consciemment ou pas des bâtons dans les roues.

Alors qu’a priori, nous procurons à la ville de Dinant une fourrière sans qu’elle ai à débourser un euro.

Il était plus que temps de crever l’abcès !

Voici les conclusions de cette réunion « au sommet » :

En ce qui concerne le permis de bâtir qui vient de nous être refusé, il nous a été dit qu’une nouvelle demande devait être introduite avec une implantation différente du nouvel hangar, ce qui, mis a part les frais d’architecte que cela implique, ne nous pose pas de problème.

Pour rappel ce nouvel hangar est indispensable pour répondre aux normes du ministère du bien être animal et ainsi récupérer notre agréation.

En ce qui concerne les différentes infractions au niveau de la protection de l’environnement (modules de chantier, installations provisoires,…), celles-ci disparaitront dès que nous aurons obtenu le permis de bâtir susmentionné.

Tout compte fait, ce qui suscite le plus d’inquiétude de la part des autorités de la ville, ce sont les plaintes de certains riverains qui prétendent ne plus savoir dormir à cause des aboiements.

Ces plaintes sont infondées et ce pour deux raisons : d’abord parce que les premières habitations sont à minimum 500 m du refuge (alors que la distance minimum légale est de minimum 50 m), ensuite parce qu’objectivement, il est très rare que les chiens aboient encore la nuit  (Jp et Fred étant aux premières loge pour les entendre et les faire taire).

De nouveau, le nouvel hangar permettra d’enfermer tous les chiens dès la nuit tombée.

C’est donc quelque peu rassurés que nous sommes sortis de cette réunion mais ne crions pas victoire avant d’avoir ce fameux permis de bâtir en main.

L’expérience nous à prouvé qu’oralement, il n’y a jamais de problème, tout va toujours s’arranger ! Jusqu'à ce qu’on reçoive un refus avec menaces d’amendes, … écrites celles la !

 Tout cela ne serait pas très grave si tous les jours, faute d'autorisation administrative, nous ne devions pas refuser d'accueillir des pauvres bêtes dont plus personne ne veut tout en sachant très bien le sort qui les attend (au mieux l'euthanasie !).

 

           Dans tous les cas de figure, dans l’hypothèse ou nous n’obtenons pas les autorisations nécessaires, nous nous verrons dans l’obligation de revendre notre site actuel pour aller nous installer vers des cieux plus accueillants ???

Pour illustrer le genre de pressions dont nous faisons l’objet, nous avons récemment eu  honneur de recevoir la visite inopinée de deux représentants du parquet accompagnés d’un inspecteur de la police de l’environnement.

En fait, ce brillant aréopage avait pris la peine de se déplacer pour venir constater a quel point Sans Famille représente une menace épouvantable pour l’environnement : quelques modules de chantier provisoires et une bâche plastique enterrée depuis des lustres.

Il va de soit que nous ne les avons pas laissés entrer.

Dans un pays où la lenteur de la justice est proverbiale, il est pour le moins étonnant que nous fassions l’objet de tant de zèle de la part de magistrats dont on pourrait penser qu’ils auraient d’autres chats a fouetter en ces temps d’explosion de la délinquance tout azimut !!

Sachant surtout que le délai qui nous a été accordé par l’administration pour régulariser ces infractions n’est même pas encore écoulé  !!!!!!!

Renseignements pris, il semble que nous devons cette visite à une greffière retraitée du tribunal de Dinant habitant à 1 km du refuge et qui a gardé des relations parmi ses anciens collègues.

Les bonnes vieilles pratiques de passe droit, de copinage et d’influence sous-terraine que nous connaissons si bien en Wallonie !

Ceux qui espèrent nous intimider avec ce genre de méthodes staliniennes apprendront que le mur de Berlin est tombé il y a 20 ans et que nous mettrons au jour toutes ces basses manœuvres !

Frédérique SMITS

Jean-Pierre DEGROOTE

Thierry FRANCOYS

 

22:45 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

ne croyez-vous pas qu'il s'agit là encore de voir un domaine que l'on voudrait bien céder aux <

Écrit par : dubois nicole | 25/11/2009

Bravo pour ce que vous faites, GAIA lance une campagne contre l'abattage abominable du bétail dans les abattoirs belges, sans étourdissements, c'est par paresse ou par sadisme, que des abrutis égorgent avec délice, vaches, veaux, agneaux, j'ai eu le courage de regarder la vidéo, en larmes, ECRIVEZ A MADAME ONCKLINX, Ministre du bien-être animal

Écrit par : Christiane | 27/11/2009

courage nous viendrons encore bientôt apporter 2 couettes, 2 petits manteaux et des croquettes pour vos protégés. On vous aime
je vais mettre votre affiche sur mon blog
gros bisous
Laura

Écrit par : Laura | 27/11/2009

Je... tiens également à vous féliciter pour votre courage et votre ténacité face à cette bureaucratie où l'animal n'a pas de place et qui trop souvent dérange !!!
Je ne puis que vous encourager dans votre combat !!
Egalement, je posterai votre affiche à l'occasion de la journée de Noël en vous souhaitant un franc succès !!
Bien à vous, Jean-Paul.

Écrit par : Jean-Paul | 06/12/2009

Les commentaires sont fermés.